Créé en 1976 en l’honneur du fondateur du Salon des métiers d’art, le Prix Jean-Marie-Gauvreau est l’une des plus hautes distinctions en métiers d’art au Québec. Décerné par le Conseil des métiers d’art du Québec à un artisan professionnel ayant plus de 10 ans de pratique, ce prix est accompagné d’une bourse de 10 000 $.

Le prix est attribué à une œuvre ou à une collection réalisée au cours des 5 dernières années qui se démarque par sa singularité, son unicité, par une réalisation qui fait preuve d’audace, par son impact sur l’évolution du savoir-faire et la cohérence entre son propos et sa réalisation.

Finalistes 2018

Karina Guévin et Cédric Ginart

Karina Guévin est tombée amoureuse du verre pendant ses études à Université du Québec à Trois-Rivières où elle a commencé à réaliser des sculptures en techniques mixtes, notamment en verre.


Après des études de biochimie, Cédric Ginart suit un cours de soufflage de verre scientifique au lycée Dorian (Paris, France), dont il sort diplômé en 1995 et s’installe au Québec un an plus tard. 

La collection Heureux pour toujours regroupe des pièces en verre réalisées par des techniques traditionnelles vénitiennes et explore deux univers passionnants : celui du monde littéraire (des contes animaliers, des fables et des comptines) et du soufflage de verre vénitien, technique associée depuis toujours au luxe et au romantisme qui présente des défis techniques réalisés de manière extraordinaire.

Ces compositions rococo uniques aux couleurs exaltantes dépassent les frontières culturelles, démographiques, géographiques et temporelles et démontrent une imagination fébrile de même que l’amusement et l’audace des deux créateurs tout au long du processus de réalisation des pièces.

     


Michèle Lapointe

Michèle Lapointe se considère artiste autodidacte bien qu’au fil de ses besoins en création, elle a suivi plusieurs ateliers pour enrichir ses connaissances des matériaux et des techniques. 


Composée de 13 éléments en verre soufflé/aspiré disposés au sol et de 8 photographies aux murs, l’œuvre Mettre la tête où l’on pense plonge le spectateur dans une transposition libre et visuelle du roman québécois Carapace de Mario Girard, alias Marie Auger. 

La nature ambiguë du verre à la fois fragile et solide, mais aussi transparent et déformé permet à Michèle Lapointe d’obtenir des effets optiques anamorphosants afin de briser l’impression d’immobilité des textes, des images et des objets joints, il les fait disparaître et réapparaître en laissant voir, selon les points de vue et la sensibilité de chacun, des impressions de détresses, d’abandons et d’abus faits aux enfants. 

                                                                            


Paula Murray

Paula Murray a étudié la céramique au Sheridan College, à la School of Craft & Design et a reçu de nombreux prix pour son travail exceptionnel qui figure dans de nombreuses collections publiques, notamment le Musée canadien des civilisations et le World Ceramic Centre, en Corée. 


Tu es moi est une œuvre composée de sept grands vaisseaux de porcelaine. Les bols, suspendus entre deux mondes, exposent leurs blessures et entament ensemble un dialogue. Par la technique particulière de coulage en barbotine qui allie la fibre de verre à la porcelaine et provoque des fissures lors du séchage, et les glaçures appliquées aux ondulations et aux fentes, l’artiste veut exprimer la résilience de l’humain par la porcelaine. 

Chaque bol, mince, raffiné, imposant, est une réalisation remarquable en soi. La porcelaine évoque muscles, peau, veines, plaies ouvertes et cicatrices. Valorisées, les blessures se transforment en objet de beauté et de sensualité.

   


Remise du prix

Le lauréat du Prix Jean-Marie-Gauvreau, sera dévoilé lors d’une cérémonie au Salon des métiers d’art du Québec le 6 décembre 2018.