LAURÉATS DES ÉDITIONS PRÉCÉDENTES | Conseil des métiers d’art du Québec

LAURÉATS DES ÉDITIONS PRÉCÉDENTES

 

AMÉLIE LUCIER ET JULIEN MONGEAU - 2016

C'est tout d'abord à l'école que Amélie et Julien se rencontrent, par le biais d'un collectif en métiers d'art. Déjà fascinés par les combinaisons possibles entre le verre et la céramique, le duo forme rapidement une alliance qui se concrétise par la création de quelques pièces d'expression. Créant ensuite, en 2008, l'entreprise A + J Métissage, le couple fait un bout de chemin sur plusieurs marchés, passant de la vente en gros à la participation à divers salons en Amérique du Nord, combinant toujours leurs savoir faire au sein de collections mariant le verre et la céramique. 

VERRE D'EAU
ANASTASIA RADEVICH - 2015

Anastasia est une exploratrice en quête de liberté et d’inspiration. Originaire du Bélarus, elle demeure et crée à Montréal, au Canada. Titulaire d’un diplôme avec distinction du London College of Fashion en conception de chaussures, elle a passé quelques années à approfondir ses connaissances de la conception technique et de l’art de la fabrication de la chaussure auprès de grands noms de la créativité, notamment Alexander McQueen et Nicholas Kirkwood.

TERRA INCOGNITA
GABRIELLE OUELLETTE - 2014 Les membres du jury du prix François-Houdé 2014 ont choisi comme lauréate Gabrielle Ouellette pour « les courbes et les lignes légères de son œuvre qui s’unissent dans une grande harmonie de formes, soutenues par une maîtrise et une exécution exemplaires ».
AMÉLIE GIRARD - 2013 Jeune finissante de la promotion 2013 d’Espace VERRE, Amélie Girard nous promet une brillante carrière artistique dans le domaine des arts verriers. Mathématicienne de formation, enseignante de profession et globetrotteur incurable, c’est à la suite d’un séjour prolongé au Japon qu’elle entreprend ses études en verre. Boursière de la Caisse de la culture Desjardins et récipiendaire du prix Edgerley-Robertson en 2013, Girard poursuit présentement une maîtrise en art et science du verre à la Nouvelle Université de Lisbonne, au Portugal.  Requiem
ÉMILIE TRUDEL - 2012 Émilie Trudel obtient un diplôme d’études collégiales en Arts plastiques du Cégep de Joliette avant de poursuivre une formation à l’École de Joaillerie de Montréal, de 2007 à 2010. Depuis, elle participe à de nombreuses expositions et, en 2012, reçoit entre autres le Prix François-Houdé. Émilie conçoit le bijou de manière sculpturale. Ce n’est pas un simple apparat, mais bien un potentiel d’expression inépuisable. Sa démarche est mouvante et exploratoire, elle cherche à trouver de nouvelles pistes formellement et symboliquement évocatrices aux yeux des hommes ou des femmes qui portent des bijoux.  Bouée charpentière lumineuse
JESSICA BEAUCHEMIN - 2011 Après des études en arts visuels, Jessica Beauchemin a suivi une formation technique en ébénisterie artisanale à l’Institut des métiers d’art du Cégep du Vieux-Montréal (2006). L’artiste-ébéniste façonne le bois avec un constant souci du détail. Elle s’applique à mettre en valeur la matière et à raffiner son geste. Les traditions artisanales et le patrimoine artistique représentent pour elle d’inaltérables sources d’inspiration. Au fil du temps, elle a développé un univers singulier, peuplé de rubans de bois, d’ornements de coiffure et de pièces sculpturales. Depuis 2008, elle a participé à diverses expositions et projets au Canada, aux États-Unis, en France et en Corée. Elle s’implique également au sein du milieu des métiers d’art et partage activement sa passion en travaillant à l’École d’ébénisterie d’art de Montréal.  Bestiaire III Pinctada
KARINA GUÉVIN - 2010 Ses colliers sont faits de fines sculptures de verre aux détails chromatiques élaborés. Leurs couleurs sont vibrantes et acidulées. Sur le corps, au mur ou posés sur un vase, les ornements de Karina Guévin sont sensuels. Ils attirent la main et le regard Magnolia
DOMINIQUE BEAUPRÉ ST-PIERRE - 2009

"Dominique Beaupré St-Pierre a étudié les arts visuels en Nouvelle-Écosse pour ensuite se spécialiser en verrerie d’art au Collège du Vieux-Montréal. Elle a également suivi des formations en horticulture et sur la technique du bonsaï. Elle a reçu plusieurs prix et bourses, dont le prix François-Houdé, qui reconnait l’excellence de la nouvelle création montréalaise en métiers d’art. Elle a exposé au Canada, aux États-Unis, en Corée du Sud, et ses œuvres ont été acquises notamment par la Ville de Montréal, le Musée national des beaux-arts du Québec, la Collection Loto-Québec, Espace Verre et plusieurs collections privées". 

Maison des métiers d'art de Québec

 

Que rien ne peut troubler
CATHERINE LABONTÉ - 2008

"Les personnages de dessins animés ont toujours fait partie de ma vie. Au cours de mes études en arts plastiques, ces petits personnages ont continué d’être une source première d’inspiration, au grand dam de mes professeurs qui ne trouvaient pas ça très sérieux.

J’aurais pu continuer dans cette voie en m’orientant notamment vers le dessin d’animation, mais je voulais donner une troisième dimension à mes personnages. Pour ce faire, mon choix aurait pu se porter sur un autre médium que le verre, mais aucun autre ne répondait autant à mes attentes. Le verre se distingue par la simplicité de ses lignes, par son éclat, par son caractère translucide qui donnent aux couleurs un caractère unique, et en raison du défi technique qu’il représente".

Coup de foudre
LAURIE DANSEREAU - 2007 "Mon travail est d’abord orienté vers les pièces sculpturales au volume important. Les formes représentant la nature et l’art nouveau ont inspiré la création de mes premières collections intitulées “Végétale” 2003, “L’aulne” 2004 et “Forme Humaine” 2005. Je sculpte les différentes essences de bois exotique. J’intègre différents types de matériaux qu’ils soient précieux ou non, tel le feutre, les perles, les pierres fines et l’or 14 carats". La Vacuole
CAROLINE OUELLETTE - 2006

"Depuis le début de ma carrière en tant qu’artisan verrier, j’utilise la mémoire des sens pour évoquer un moment qui par sa profondeur a soulevé les poils. De façon intuitive je laissais naitre, du bout de mes doigts, ce que mon corps voulait exprimer sans démarche particulière autre que d’être présente dans celui-ci lorsque il intervient avec cette inspirante matière qu’est le verre".

 

TANYA LYONS - 2005

"Les oeuvres de Tanya Lyons, sculptures, bijoux et installations relèvent d'une poésie où lyrisme et théâtralité se confondent en un seul et même univers. Dès son retour du Toyoma Institute of Glass Art au Japon, en 1998, elle amorce une production de sculptures inusitées : des robes et kimonos en verre. Chacune de ses robes, principalement composées d'acier inoxydable et de verre, est assemblée selon un design qui impose une rigueur systématique. Son approche contemporaine et sa vision unique lui ont valu plusieurs distinctions, dont le Adrienne Van Riemscdijk Memorial Award de l'Ontario Crafts Council".

Communiqué Ville de Montréal

PATRICK PRIMEAU - 2004

"Patrick Primeau travaille le verre depuis 1997. Après ses études à Espace VERRE, il parcourt l’Amérique du Nord et l’Europe pour travailler avec plusieurs artistes et designers de renommée. En 2004, il fonde, avec son épouse Caroline Ouellette, l’Atelier Welmo à Sainte-Julie. Depuis, ses œuvres soufflées et sculptées à chaud se retrouvent dans de nombreuses collections publiques et privées. Un séjour de trois ans en Australie vient aussi bonifier son expérience de souffleur. Véritable virtuose du verre soufflé, il maîtrise de nombreuses techniques vénitiennes".

Espace verre

NATASHA ST.MICHAEL - 2003

"La lauréate 2003 du prix François-Houdé possède indéniablement la principale vertu des femmes de marins : la patience. Natasha St.Michael, artiste textile de formation, exerce un art ancien, en voie de disparition, dont la beauté pourtant n’est jamais contestée : le tissage de perles de verre. En Europe, cet art a déjà atteint des sommets en haute couture. Les oeuvres de l’artiste montréalaise, en trois dimensions, sont des défis véritables à cette modernité où tout va trop vite, où tout est consommé et jeté".

La Presse, 25 octobre 2003

Cultivation
JEAN-FÉLIX LAPIERRE - 2002 « J’ai besoin de créer. Je veux aussi montrer aux gens qu’un meuble peut devenir une œuvre d’art, que ce n’est pas seulement du mobilier. Je veux faire réagir, passer un message ».
ELYSE DE LAFONTAINE - 2001 "Je suis fascinée par l’omniprésence des matières textiles dans notre quotidien. Il semble que les fibres et les textiles passent plutôt inaperçus pour la majorité d’entre nous, à l’exception des vêtements que l’on porte. Depuis quelques années, je les étudie dans les nombreux éléments qui nous entourent, ou qui nous entouraient, et je les documente. Les textiles sont plus qu’une simple matière, ils sont un répertoire de l’humanité, de tout temps, ils ont existé. Ce travail est une façon d’emmagasiner diverses informations, à la fois historiques, pratiques et techniques, qui se retrouvent potentiellement transposées dans des projets artistiques". Totem
MAUDE BUSSIÈRES - 2000   Dans ma tête
KINO GUÉRIN - 1999 Kino Guérin, ébéniste originaire du Saguenay, reçoit sa formation en ébénisterie à l’Institut des métiers d’art au Cégep du Vieux-Montréal. Son talent est rapidement reconnu. Depuis 1998, il a reçu de nombreux prix au Québec et depuis une dizaine d’années, il reçoit régulièrement des bourses de recherche du Conseil des arts du Québec et du Canada. Kino Guérin aime les défis : faire des objets avec un seul morceau de bois. Bien sûr il n’y a pas qu’un seul morceau, il y en a plein, très minces, collés les uns par-dessus les autres pour pouvoir les courber, leur donner du mouvement. Table Salto
MATHIEU COLLETTE  - 1998

Mathieu Collette est sensibilisé à la cause du fer devenu esclave économique depuis toujours. D’abord inconsciemment, attiré sans comprendre vers la caresse des matériaux nobles, puis grâce à l’acquisition d’un métier — la forge — en comprenant l’implication de la main de l’homme dans le résultat du travail bien fait.

Aujourd’hui il a choisi de dévouer sa carrière à honorer le fer dans toute sa splendeur. Il l’incarne à travers sa création dans des objets qui parlent et racontent une histoire en fer grâce au langage du métier le plus important de l’histoire.

OLIVIER MARANDA - 1998   Poisson
DANIELLE CARIGNAN - 1997

Née à Montréal en 1970, Danielle Carignan a d’abord fait des études en graphisme. Passionnée par la matière, les textures, la sculpture et...les tiroirs, elle décide en 1994 de faire une formation en ébénisterie. 

C’est dans ses cours qu’elle crée la première pièce de sa ligne de meubles à caractère sculpturale, “Arthur”, le premier d’une série de 15 personnages. Dès le départ, elle connut un vif succès en remportant plusieurs prix et bourses tels que le prix France-Québec avec la SODEC. 

Le col
PASCALE GIRARDIN - 1997 Depuis plus de quinze ans, Pascale Girardin trace un parcours inusité dans le monde de la céramique et du design, où se côtoient vaisselle, objets d’art, installations et œuvres d’art intégrées à l’architecture. Dotée d’une grande curiosité, ses études l’ont menée vers la biologie (Université de Montréal), les arts plastiques (BFA Université Concordia), la céramique (Centre de Céramique Bonsecours) et enfin le design (Certificat Université Concordia.) Récipiendaire de plusieurs prix et bourses (Prix Pierre-Pagé, François-Houdé, Conseil des Arts et des Lettres du Québec et Conseil des Arts du Canada), ses œuvres complémentent l’architecture de nombreux hôtels et restaurants de luxe aux quatre coins du globe. Leve me not Jupiter
LAWRENCE WOODFORD - 1996

“Referencing components that have origins in traditional jewellery using composite and repurposed materials blurs the boundaries between natural and artificial and provides a moment for contemplation. By deconstructed processes and introducing new aesthetics, I am re-evaluating and redefining the visual language of the contemporary jewellery object.”

Cenote