Félicitations aux finalistes!!

Exposition des finalistes à La Guilde du 3 décembre 2020 au 21 février 2021

Remise du prix 

GAYANÉ AVETISYAN

Née en Arménie, où elle a grandi, Gayané Avetisyan eu la chance d’être entourée de plusieurs artistes. Ceci l’a amené à étudier les beaux-arts, en se spécialisant en peinture, estampe et céramique.

Elle a voyagé et a vécu dans plusieurs pays, d’où elle a pu accumuler une variété d’influences culturelles qui ont grandement influencé son travail. En Géorgie, elle a été initiée à l’émail – considéré comme une forme d’art national. Par la suite, en Haïti, elle s'est mise à introduire davantage de couleurs et un caractère éblouissant à ses créations, reflétant la culture locale.

Son introduction à la joaillerie par le biais de l’email a tout de suite interpellé l’artiste visuelle en elle. C’est au moment où elle arrive aux dernières étapes de sa formation de joaillerie qu'elle voit enfin comment conjuguer son esprit conceptuel et son sens de l’esthétique. Elle croit que le bijou représente la culmination de tout ce qu'elle a fait auparavant. 

 

Crédit photo : Anthony McLean

OEUVRES SÉLECTIONNÉES

                          

                                                                   La mémoire du toucher                                La mémoire du toucher 1

                                                           Argent 925, cuivre, émaux et tissu                               Cuivre, émail encloisonné, tissu, argent 925

Crédit photo: Anthony McLean

 loïc bard - MENTION D'EXCELLENCE

Ébéniste, diplômé de l'École d'Ébénisterie d'Art de Montréal en 2012, Loïc Bard se spécialise dans l'art de la fabrication d'objets et meubles en érable. Son travail est très personnel et chaque pièce est imprégnée de souvenirs de personnes et de lieux.

Son travail se caractérise par la recherche de forme pures, simples et l'expression de sensations ou sentiments vécus. Son processus de création commence par des croquis dessinés librement et la sculpture de formes non scénarisées. Les formes organiques qui émergent de ce processus sont enracinées dans l'environnement de son enfance et inspirées des techniques artisanales. Dans ses objets, il cherche à incarner un sentiment de simplicité et de force.

Le traitement spécifique de l'érable brûlé ou blanchi confère un caractère unique et charnel à chacune de ses créations. Depuis 8 ans il a participé à plusieurs collaborations dont la dernière avec Monique Ste-Marie, artiste textile. En 2019 ils ont débuté un travail autour d'une collection de brosses et balais utilitaires et décoratifs.

Crédit photo : Schaël Marceus

OEUVRES SÉLECTIONNÉES

   

                                                               Chaise - Collection Bone                         Tabouret - Collection Bone

                                                               Érable, fini brûlé et huile de lin                              Érable, fini blanchi et huiles naturelles

Crédit photo: Loïc Bard

david frigon-lavoie

Dès ses premiers jours en tant qu'étudiant à Espace Verre en 2008, David découvre dans le verre une matière mystérieuse et excitante. Ce médium, et plus spécifiquement le verre soufflé, est maintenant ancré dans ses motivations en tant qu’artiste. C'est principalement au cœur de l'atelier que ce savoir-faire est transmis, et c'est donc très tôt dans son apprentissage que David se familiarise avec plusieurs techniques grâce à différents artistes pour qui il travaille en tant qu'assistant.

Au fil des années, David s’est entouré de plusieurs verriers qu’il admire et dont chacun aura contribué à son bagage technique en y apportant sa touche personnelle. Parmi les plus marquants se trouvent les ateliers Welmo, Cat designer verrier et A&J Métissage.

Depuis la fin de ses études en 2013, David Frigon-Lavoie travaille à temps plein dans le domaine du verre et s’exprime à sa façon avec des objets décoratifs et sculpturaux. 

Crédit photo : Thomas Creuzot

OEUVRES SÉLECTIONNÉES

      

     Châteaux d'eau 

Verre soufflé et métal

Crédit photo : Thomas Creuzot

pauline guidera

Pauline Guidera crée des objets uniques en céramique dans un garage partagé et aménagé en atelier dans le quartier Villeray à Montréal.

Elle s’initie à la céramique dès l’adolescence dans un cours de loisir municipal et réalise très vite qu’elle souhaite en faire son métier. Après un premier diplôme des métiers d’arts obtenu en France et deux années passées dans un atelier collectif à Antibes, elle s’établit à Montréal pour suivre le DEC en céramique qu’elle obtient en 2018.

Dans son travail, on retrouve un intérêt marqué pour la réalisation de décors et le tournage. Le dessin est primordial dans sa pratique artistique. Ainsi, elle mêle plusieurs techniques de décoration pour obtenir l’expression graphique à la surface de ses pièces.

C’est durant une résidence au Centre d’Art Rozynski, qu’elle explore la réalisation de plus grands formats. Depuis, en parallèle de sa collection utilitaire, elle continue l’élaboration et la recherche sur de nouvelles formes.

 

Crédit photo : Florence Poirier

OEUVRE SÉLECTIONNÉE

La bouteille et la fatigue

Grès chamotté, engobe, sous-glaçure, crayon sous-glaçure, oxyde de cobalt, glaçure transparente brillante, or.

Crédit photo: Maude Marcotte

hotelmotel

Niki Jessup et Corinne Bourget gravitent dans l’industrie du cuir à Montréal, leurs chemins se sont croisés à maintes reprises lors de formations des maîtres en chaussures au Centre des Métiers du Cuir de Montréal.

Chacune de leurs côtés, elles ont accumulé savoir-faire et expériences; Corinne a fait des stages en France et en Australie et a travaillé dans des maisons de production en plus de posséder son diplôme en maroquinerie comme Niki qui en plus détient une maîtrise en design de chaussure du London College of Fashion.

Elles ont réalisé qu’elles partageaient les mêmes intérêts et inquiétudes face à l’industrie du cuir ; elles sont engagées à préserver le savoir-faire de la chaussure à Montréal et ce, de manière éthique et durable.

Chacune ayant des forces complémentaires et un grand respect mutuel, l’idée de collaborer et de créer une entreprise de fabrication locale est née ; Atelier HOTELMOTEL.

 Crédit photo : Josée Lecompte

OEUVRE SÉLECTIONNÉE

       

                                                                                       Essor: Croquis - Construction - Célébration

Papier / béton, toile de coton, caoutchouc liquide, câble de nylon, mousse agglomérée isolante de plancher / cuir et résine

Crédit photo: Josée Lecompte

julie bénédicte lambert - LAURÉATE DU PRIX

Diplômée en Studio arts de l’Université Concordia (2000), sa passion pour la matière textile et le papier l’amène à approfondir les techniques de construction textile avec un DEC au Centre de textiles contemporains de Montréal (2013).

Finaliste de l’édition 2013 du prix François-Houdé, Julie Bénédicte est boursière de la SODEC, du Conseil des arts du Canada ainsi que de la Caisse de la culture Desjardins. Parallèlement, elle travaille à titre de technicienne pour le programme Fibres and Material Practices de l’Université Concordia.

Ses œuvres ont récemment été exposées au Québec (Montréal, Deschambault Grondines), en France (Lyon), aux É-U. (Pittsburgh, Reno), en Ukraine (Kherson et Ivano Frankivs’k) et en Autriche (Haslach).

Crédit photo : Mike Patten

OEUVRES SÉLECTIONNÉES

           

                                                       Comment dire                                                                                   Motifs à dire

                               Fil de lin naturel, fil de papier Kraft blanchi, papier de lin             Chaîne de coton mercerisé. Trame : papier industriel fait à partir d’abaca, lin

                                                          Crédit photo: Denis Baribault                                                                                                                    Crédit photo: Bernard Dubois

 

annie legault

Diplômée d’un BFA avec honneur en fibre et textile de l’Université Concordia, Annie Legault est une grande amoureuse d’architecture. Elle se définit comme une designer d’atmosphère et de textile.

À la recherche d’ambiance distinctivement chaleureuse, de texture lumineuse et de poésie matérielle, elle choisit d’intégrer sa démarche à travers le quotidien et d’interpréter les lampes/sculptures, objet de la vie de tous les jours, avec une grande sensibilité.

Alliant respectueusement une technique ancestrale traditionnelle à sa vision contemporaine, son travail évolue initialement à travers le concept de “protection”. Ses lampes et tapis se veulent un baume à la froideur qui peut trop facilement assombrir notre univers

OEUVRE SÉLECTIONNÉE

Oasis bucolique

Coton, nylon, armature de métal

Crédit photo: Annie Legault

DELPHINE PLATTEN

Delphine Platten a toujours été passionnée par la technique et le livre. Après une maitrise de philosophie, elle arrive à Montréal, et fait la rencontre d’Odette Drapeau, figure marquante de la reliure de création, qui deviendra sa professeure et mentor. Elle développe sa pratique via l’apprentissage en atelier pendant 5 ans et suit de nombreuses formations techniques au Québec et en France.

Férue de design et de modernité, elle cherche à perpétuer l’art de la reliure en travaillant des matériaux et techniques contemporains, et en développant des pratiques collaboratives et expérimentales. Elle souhaite démocratiser la reliure, tout en explorant une esthétique sophistiquée.

Depuis 2011, elle a participé à une vingtaine d’expositions locales et internationales. En 2016, elle présente sa première exposition solo à HEC. Ses créations font aujourd’hui partie des collections de BAnQ. En 2017, elle ouvre son atelier à Montréal, où elle travaille pour des collectionneurs, des entreprises, des artistes et des institutions.

Crédit photo : Gwen Heliou

OEUVRES SÉLECTIONNÉES

   

 Axes intérieurs   

Coffret à châsses de toile dorée, titrage au balancier et au fer à dorer, plateau de papier Saint-Armand et papier japon froissé.    

  Ode à la typographie

 Coffret de toile anthracite, ajours sur titrage, finitions intérieures de papier Saint  Armand et papier japonais froissé bleu-gris.

    Crédit photo: Antoine Raymond

cynthia sanregret

Sur la route de toutes sortes d’escapades, autour et au travers de ce continent ou d’un autre, elle s’est mise à tricoter des chapeaux unique et personnalisé dédié à chaque nouvelle rencontre. 7 ans après le point de départ, sa candidature déposée impulsivement à la Maison Des Métiers D’Arts De Québec a été retenue. 2 ans de formation ont ensuite abouti à la création de sa toute première casquette.

Durant l’été 2017, elle a fait un stage d’un mois aux côtés de la chapelière Camille Côté et cet été, elle a eu la chance de travailler dans l’atelier de l’artiste textile Tricia Rasku, à Rossland en Colombie-Britannique.

Elle est maintenant diplômée du Centre des textiles contemporain de Montréal (CTCM) et termine sa troisième production de casquettes. Sa maxime créative, anciennement fuck the system, est maintenant fix the system. L’instabilité possible du métier d’artisane est pour elle amplement compensée par la liberté de vivre conformément à ses valeurs et à sa passion. 

Crédit photo : Sam Trep

OEUVRE SÉLECTIONNÉE

          

                       Bande dessinée géante                              

Chaine — Coton; Trames — Lin de France, acrylique, laine, coton, laine mérinos, lin brute, tencel, coton mercerisé et lurex

Crédit photo : Cynthia Sansregret

mélina schoenborn

Mélina Schoenborn vit et travaille à Montréal. Après des études en histoire de l’art et en arts visuels à l’Université de Montréal, elle suit des cours de céramique auprès de Marie A. Côté et Virginie Besengez.

Mélina façonne ses œuvres à la main à l’aide de colombins d’argile posés les uns sur les autres. Ses bols et ses vases sont pensés comme des individus d’argile qui peuvent dialoguer entre eux.

Son travail permet de réfléchir à la nature et à la valeur de la céramique. Il joue avec les codes de l’utilitaire et du non-utilitaire. À mi-chemin entre la « poterie » et la « sculpture », Mélina souhaite faire le pont entre ces champs d’expression, et inviter le public, a priori tendu vers l’un ou vers l’autre, à s’intéresser aux deux.

L’artiste est boursière du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. Elle a exposé quelques récents travaux au Centre Materia à l’été 2020. 

Crédit photo : Chantale Lecours

OEUVRE SÉLECTIONNÉE

                                                                                           

Chorégraphie d'argile

Grès, chamotte, pigment bleu méditerranéen et teinture de cobalt.

Crédit photo : Chantale Lecours