FINALISTES 2017 | Conseil des métiers d’art du Québec

FINALISTES 2017

Douze artistes sont les finalistes de l'édition 2017 du prix François-Houdé et dix-sept de leurs oeuvres ont été sélectionnés pour faire partie de l'exposition qui leur est dédiée.
Le nom du lauréat 2017 du prix sera dévoilé cet automne lors du vernissage de l'exposition.
 
Félicitations aux finalistes!!

 

KARELLE BRUNET

Crédit photo Mélodie Lefebvre

Née à Montréal en 1989, Karelle Brunet se consacre dès l'enfance au champ des arts et affirme cette passion par l’obtention d’un diplôme d'études collégiales en Arts plastiques au Collège Montmorency à Laval. En suite, à travers une formation de trois ans à Espace Verre (Montréal), elle se consacre à l'apprentissage de diverses techniques pour sculpter le verre, qui deviendra son matériau de prédilection. Elle reçoit son diplôme en arts verriers en 2012 et sera à la même occasion la première récipiendaire de la bourse Edgerley-Roberston, un prix reconnaissant et favorisant l’intuition et l’exploration en thermoformage du verre. Puis, désireuse d'étayer plus conceptuellement sa démarche artistique et d'allier de nouvelles techniques à celles du verre, elle étudie durant deux ans à l’Université du Québec à Montréal en Arts visuels et médiatiques. À présent, Karelle Brunet s'inspire surtout de ses voyages et de la sorcellerie comme guides à une carrière artistique multidisciplinaire.
 
 
   Mon kit de survie - crédit photo Mélody Lefebvre

 

MARIANNE CHÉNARD

Crédit photo - Julie Artacho

Marianne Chénard est céramiste et artiste en arts visuels. Sa démarche artistique témoigne de son intérêt pour l’histoire du Canada, ses paysages, son statut de pays nordique et les clichés qui lui sont associés, thèmes qui se matérialisent autant dans les formes qu’elle réinterprète que dans l’imagerie personnelle qu’elle développe. Le tout confère une cohérence remarquable à ses deux univers de création : installations in situ et collections utilitaires. Sa pratique est également marquée par l’exploration de différentes techniques de traitements des surfaces de l’ argile. Son travail a été présenté dans des expositions individuelles et collectives au Québec, au Canada et en France. Elle a effectué plusieurs résidences d’artiste notamment à Medalta en Alberta ainsi qu’à la Maison des métiers d’art de Québec, et a obtenu une mention d’honneur pour le Prix François-Houdé du Conseil des métiers d’art du Québec. Elle donne aussi régulièrement des formations spécialisées en techniques de transfert d’images. Marianne détient un baccalauréat en arts visuels de l’Université Emily Carr à Vancouver. Originaire de Rimouski, elle vit et travaille à Montréal.

Névé, crédit photo Marianne Chénard Névé blanc, crédit photo Marianne Chénard Polaire, crédit photo Marianne Chénard

         ÉLISABETH-CASSANDRA (ZOU) DESBIENS

Crédit photo - Marion Berque

Née à St-Édward, Zou Desbiens a grandi dans une petite maison de campagne sur un verger de pomme à Hemmingford. C’est à l’âge de 8 ans que le verre  a fait son apparition dans son esprit. Plus précisément, c’est lors d’un voyage de famille à Québec où elle pu voir un souffleur de verre à l’action à l’atelier de verre soufflé La Mailloche. Elle était émerveillée par la manipulation du verre incandescent. C’était le  début d’une grande fascination. Sa passion pour l’art l’a amenée à travailler pour Nicholas Ersquine, qui avait une boutique d’artisanat québécois. En travaillant et vendant les différents objets d’art de la boutique, elle a réalisé combien son désir le plus profond était de devenir artiste, artiste du verre. Un an plus tard, elle est retournée sur les bancs d’école. Au moment de sa graduation en 2013, elle a été récipiendaire de la bourse Houdé-Mendel, qui vise à encourager la recherche en thermoformage. Pendent les quatre années suivant sa graduation, elle a travaillé pour de nombreux artistes verriers et a également développé sa propre ligne de pièces de production et des pièces d’expression personnelles. On retrouve son travail dans plusieurs boutiques au Québec tels que la boutique des Métiers d’art de Montréal, Les trois corbeaux et la galerie Elena Lee.

                    Tension superficielle, crédit photo Élisabeth-Cassandra Desbiens

      DYLAN DUCHET

Crédit photo - Michel Dubreuil

Né en France, Dylan Duchet vit depuis plusieurs années à Montréal. Il a obtenu son Brevet des Métiers d'Art « souffleur de verre » à l’École Nationale du Verre en France. Après ses quatre années d'études, il part poursuivre sa formation sur le continent nord-américain pour développer son sens artistique. Il obtient un Diplôme d’Études Collégiales (DEC) techniques des métiers d'art - verre à l'école-atelier Espace VERRE à Montréal. Il apprendra plusieurs techniques de travail du verre mais surtout comment utiliser cette matière pour s’exprimer. Intéressé depuis longtemps par le design, la fascination pour le verre est directe: « créer des objets et des sculptures avec un crayon c’est bien, mais pouvoir les réaliser soi-même c’est encore mieux et avec le verre les possibilités sont infinies». Il obtient la bourse de la Caisse de la culture Desjardins et la Bourse du Glass Art Association of Canada.

                                    Existence concomitante - crédit photo Michel Dubreuil

    MONTSERRAT DURAN MUNTADAS     

Crédit photo - René Rioux

En 2007, Montserrat Duran Muntadas gradua avec honneurs à la Real Fabrica de Cristales de La Granja. En 2010, elle compléta son baccalauréat en Beaux-Arts à l'Université de Barcelone. Depuis ce temps, elle décida de croiser ses deux grandes passions: l'art et le verre en créant des bijoux contemporains, des sculptures et des installations artistiques. Elle a participé à plus de 30 expositions collectives nationales et internationales dont SOFA (Chicago 2016), European Glass Context (Danemark 2016), Mutations (Musée des maîtres et artisans du Québec, Montreal, 2015), etc...Elle a été finaliste (Prix François-Houdé 2016, Prix Enjoia't 2016, etc.) et a remporté plusieurs prix (ForCGal 2017, etc.) et bourses (CALQ, CAC) au cours des dernières années. En 2015, elle fait sa première exposition en solo avec un projet en collaboration à la galerie Espace Verre, Canada. Elle a plusieurs expositions individuelles prévues jusqu'en 2020. Elle vit et travaille au Canada.

 

Des amours microscopiques - crédit photo René Rioux

  KATARIN LARUELLE  

Crédit photo - Emily Neil

Katarin Laruelle a suivi une formation au Centre des textiles contemporains de Montréal en Construction Textile. Munie d'une esthétique rafinée et d'un intérêt marqué pour la forme et la texture, Laruelle acquiert rapidement des notions techniques. Dès la seconde année de sa formation, elle s'inscrit à une résidence d'artiste en Islande et à titre de stagiaire met en place les ateliers au Textilsetur Islands Residency. Au fil de ses apprentissages, Laruelle décroche plusieurs contrats de travail chez des designers de mode et des créateurs d'objets maison et d'accessoires. Son sinueux parcours entre les arts visuels et les arts appliqués infuence considérablement ses créations. En efet, le tissage et les teintures naturelles s'unissent à sa passion pour la papeterie dans sa collection point de marge, créée en 2015. Elle a passé l'été 2015, à la résidence Harbourfront Centre, à Toronto et a participé aux Journées Européennes des Métiers d'Art en 2017.

 

Nonlieu - crédit photo Katarin Laruelle

 MAUDE LAUZIÈRE-DUMAS

Attirée par l’expression artistique, Maude entame une formation de joaillerie en 2010. Elle participe rapidement à différents ateliers de recherche en bijou contemporain. Peaufinant ses techniques d’assemblage et de finition, le métal devient vite sa matrice de création. Sa pratique évolue tranquillement vers une approche multidisciplinaire cherchant à alimenter ses concepts et champs d’intérêts. Depuis, elle a complété sa formation à l’École de joaillerie de Montréal et a commencé son baccalauréat en arts plastiques à l'Université Concordia. Elle travaille aujourd’hui avec plusieurs sculpteurs montréalais dynamisant ainsi son milieu et fusionnant métiers d’art et arts visuels. Son travail a été exposé à travers le Québec et s’est étendu ailleurs au Canada. Son exposition solo Matières Modifiées au Musée du Bronze d’Inverness a donné le ton à des expositions composées de sculptures, performances et installations notamment à la Biennale canadienne des métiers d’art à Toronto. Elle reçoit également plusieurs nominations professionnelles entre-autre au Prix Francois Houdé 2016.

Êtres déconstruits 

MATHILDE MOREAU

Crédit photo - Emmanuel Durand

A la frontière entre design et savoir-faire artisanal, la démarche de création de Mathilde Moreau se caractérise par une observation attentive des objets et environnements qui embellissent le quotidien. Elle s’alimente d’une passion pour le design dans tous ses modes d’expression. Principalement, elle puise ses inspirations dans les revues d’architecture et au fil de ses explorations urbaines. De ses études en design intérieur et architecture, elle a gardé une grande sensibilité aux tracés des lignes fines et exactes qui composent les plans d’aménagement. Sa formation au Centre de Design et d’Impression Textile lui a permis d’étendre son champ d’exploration au design textile. Le thème de la mémoire est au centre de son processus créatif. Par un jeu de collage, elle superpose des motifs graphiques, allant jusqu’au recouvrement partiel de textures obtenues à l’application directe. Condensé, stratifié, le motif est travaillé comme une matière en elle-même. Au cours de ce processus, la sérigraphie constitue sa technique d’impression de prédilection.

 

Furusato - crédit photo Mathilde Moreau
 

CAROLINE RIVIÈRE

Crédit photo - Sarah Lafontaine

Originaire de Nouvelle-Calédonie, Caroline Rivière s'est installée au Québec en 2007, pour y faire des études en Biologie Marine. Cependant, la naissance de ses enfants l’a amenée à se questionner sur son choix de carrière. Parallèlement, elle a commencé à explorer la fabrication de bijoux, de manière autodidacte. C’est à ce moment qu’est née sa passion pour la joaillerie. Étant alors en quête de perfection de ses techniques, elle a décidé de s’inscrire à l’École de Joaillerie de Montréal, d’où elle a été diplômée en 2015. Depuis elle a eu la chance de participer à plusieurs expositions, entre autres : The Earring Show 2017 à Vancouver, Fréquence Bleue au Musée de la Mode de Montréal et The American Made Show à Washington DC ; et de gagner plusieurs prix, tels que : prix Janis Kerman (2015), Niche Awards catégorie Student : Sculpture to wear (2016) et le Best One of a Kind Award 2017 (The Earring Show).

                                      

Collection Koral: bracelet, boucles d'oreilles et peigne - crédit photo Anthony McLean et Caroline Rivière

 

LAURA SASSEVILLE

Crédit photo - Jonathan D'Amours

Née en 1980, Laura Sasseville vit et travaille à Montréal. Issue d’un parcours en arts visuels, en verre et en design, Laura est une artiste multidisciplinaire. Malgré la multitude de projets, c’est le bijou qui reste son moyen d’expression principal. Pour acquérir de plus grandes connaissances techniques, elle s’inscrit, en 2014, à l’École de Joaillerie de Montréal et gradue avec honneur en 2017. Elle remporte trois prix dont celui de la collection privée, celui de la qualité de la recherche artistique ainsi que le prix Barbara Cohen. Elle est aussi l’une des cinq finalistes du Concours national d’étudiants en joaillerie de la galerie L.A. Pai d’Ottawa. Passionnée par la recherche et les échanges, Laura s’épanouit au sein de projets collaboratifs. En juillet 2017, elle a participé à un échange créatif avec les étudiants à la maîtrise de l’Université de Nanjing, en Chine. Les fruits de ce travail ont été présentés au Musée des maîtres et artisans du Québec, dans l’arrondissement Saint-Laurent, lors de l’exposition Maîtres et artisans joailliers de Nanjing à Montréal. Laura poursuit présentement son travail d’exploration qui lie les métiers d’art et les arts contemporains. 

My home - crédit photo Anthony McLean

YOURI TAILLEFER

Crédit photo: Michel Bérard

La passion du bracelet de cuir amènera Youri à s’inscrire au cours de maroquinerie de l'École des métiers du cuir du Cégep du Vieux Montréal en 2002. À la fin de ses études, il obtiendra de la fondation du Cégep du Vieux Montréal la bourse du Conseil des métiers d’art en 2005 pour sa collection Lotus Blanc. En 2006, il obtient un contrat de travail au Japon. Il y démarrera un atelier de bracelet-montre et maroquinerie de luxe à Tokyo. Pendant plus de 5 ans, il sera le designer, prototypiste et directeur de la filiale japonaise. Il apprendra le savoir-faire français et la rigueur japonaise. Ceux-ci forgeront un nouvel horizon de la conception de la fabrication, de la gestion d’un atelier et de la précision du geste. De retour à Montréal, il cofondera l’entreprise Diametris Inc. en 2014, qui recherche l’équilibre entre la technique, la sophistication et le confort.  

Continuité - crédit photo Michel Bérard

MAGALI THIBAULT-GOBEIL

Crédit photo Oriane Meyer

La recherche et l’expérimentation sont le moteur de ses créations. Poussée par un désir, non seulement de contribuer au domaine de la joaillerie d’art contemporaine, mais également de bousculer l’univers actuel du bijou, sa démarche artistique s’articule autour d’une recherche de fluidité dans la forme et la couleur. Magali gradua de l’École de joaillerie e Montréal en 2013.Tout au long de son parcours, son travail innovateur su se distinguer par l’obtention  de nombreux prix, bourses et  entions. En 2014, elle fut  finaliste pour le prestigieux prix Francois--‐Houdé, décerné par la ville  de Montréal,  la même année, elle recevait le prix première présence au salon des Métiers d’art e Montréal. En  013, elle ut finaliste au Niche  Awards à Philadelphie ainsi qu’aux Arts and Craft Design Award, en Croatie. La  même année, elle  remporta le prix de créativité de l’École de joaillerie  de Montréal et fut également finaliste à la 10ème compétition annuelle des étudiants en joaillerie de a galerie L.A. Pai (Ottawa). Son travail st maintenant représenté par la Galerie .A. Pai (Ottawa) ainsi que la Galerie Noel Guyomarc’h (Montréal) et dans des exposition prestigieuses tel que ; Joya (Barcelone), Autor (Bucharest), Athens Jewelry week (Musée Benaki), Parcours bijoux (Paris) et  SOFA (Chicago). 

  

                               Explosion de bonheur - crédit photo Anthony Mclean                             Rocking the explosion ! - crédit photo Anthony Mclean

 

ARTISANS INVITÉS À SOUMETTRE DES CRÉATIONS POUR LA SÉLECTION FINALE

 
 

JENNIFER BAZINET                         

SVETLANA BLANCHON

ATELIER C.U.B.

MIRIAM GUERTIN

ANA CATALINA MONTOYA

ARIANNE POITRAS