Dévoilement du lauréat du prix d’excellence en métiers d’art Jean-Marie-Gauvreau 2022

15 décembre 2022

Dévoilement du lauréat du prix d’excellence en métiers d’art Jean-Marie-Gauvreau 2022



Montréal, 16 décembre 2022- Le Conseil des métiers d’art du Québec (CMAQ) est fier d’annoncer le lauréat du prix Jean-Marie-Gauvreau 2022.  Ce prix créé en 1976 en l’honneur du fondateur du Salon des métiers d’art, est l’une des plus hautes distinctions en métiers d’art au Québec qui est décerné à un artisan professionnel ayant de 10 ans de pratique par le Conseil des métiers d’art du Québec. Le lauréat 2022 se méritant une bourse de 10 000 $ est décerné à France Goneau- Céramiste

FRANCE GONEAU- CÉRAMISTE, SE VOIT ATTRIBUER LE PRIX

France Goneau est membre du Conseil des métiers d’art depuis 2003. Cette artiste a à son actif plus 32 expositions, passant par le Québec, le Suisse, la Chine, l’Espagne. Le Japon et les États-Unis Ses œuvres se retrouve dans de prestigieuses Collections de grandes galeries et de collections privé tant au Canada, USA, que la France les Émirats Arabes Unis. France Goneau investigue le concept de parure en tant qu’instrument de pouvoir et de sens. Captivée par l’ornementation, elle explore des techniques décoratives multiples soulignant sa curiosité pour la matière céramique. Bénéficiant du support continu du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada, elle poursuit ses recherches et ses apprentissages en effectuant des résidences d’artistes et des stages de perfectionnement. En 2019, France Goneau est élue membre de l’Académie internationale de la céramique https://matieres.ca/artisans/france-goneau

Le travail de France Goneau propose des œuvres empreintes d’ambiguïté, à l’identité et à la fonction indéterminées, pour évoquer des souvenirs obscurs. Privilégiant l’amalgame des références et l’accumulation, posant un regard observateur sur des réalités sensorielles, culturelles et sociales, interrogeant des notions d’identité, de valeur, de perception et de compréhension, la céramiste examine diverses formes d’intellection de la réalité.

Explorant le concept d’ornementation comme instrument de pouvoir et de sens, la céramiste propose des embellissements de toutes sortes, et imagine des compositions narratives pour leur insuffler une puissance nouvelle. Animée par les traditions artisanales témoignant d’un raffinement propre à l’objet fait main, de l’imperfection à la maîtrise technique, elle adopte la porcelaine. Marquée par la nature, la science et l’histoire, mais aussi par le secret, cette matière l’invite à multiplier les recherches afin de découvrir de nouvelles avenues stylistiques, formelles et techniques

De son côté, la Caisse Desjardins de la Culture a remis aux deux finalistes du Prix des bourses d’un montant de 1 000 $ chacune.

VÉRONIQUE LOUPPE, ARTISTE EN DENTELLE AUX FUSEAUX 

KARINA GUÉVIN, ARTISTE VERRIER 

Comme le mentionne madame Marie-Christine Cojocaru, directrice générale de la Caisse Desjardins de la Culture, « souligner l’excellence des artisanes et artisans d’ici est au cœur des priorités de la Caisse. C’est pourquoi nous sommes heureux de saluer, grâce à ces bourses, la maîtrise et l’expertise des deux finalistes de cette édition du Prix Jean-Marie Gauvreau.». Alliée des artistes, moteur de l’économie culturelle et tremplin pour les organismes et les entrepreneurs, la Caisse Desjardins de la Culture est une coopérative financière solidement ancrée dans son milieu. Elle accompagne les artistes, artisans et travailleurs autonomes dans la réalisation de leurs projets personnels et professionnels, offre aux entreprises et organismes culturels des services financiers adaptés à leur réalité et participe au développement socioéconomique du milieu culturel en soutenant des démarches et des projets structurants.

Grâce à la collaboration du Musée des métiers d’art du Québec (MUMAQ), le travail des trois artistes sera en exposition au MUMAQ jusqu’au 6 février 2022.

Jean-Marie Gauvreau
Jean-Marie Gauvreau (1903-1970) a connu une carrière de haut niveau à la tête de grandes institutions reconnues en métiers d’art et en arts appliqués au Québec.

Jean-Marie Gauvreau a joué un rôle majeur. Sa formation à l’École Boulle de Paris l’a ouvert à la modernité. Il fut le premier diplômé canadien de cette célèbre école parisienne. Profondément attaché aux métiers d’art traditionnels et convaincu de l’importance de faire valoir les richesses locales, il instaure à Montréal, en 1935, une École du meuble qui marquera la culture à différents points de vue. Jean-Marie Gauvreau a été artisan-créateur de meubles, enseignant et directeur de l’École du meuble de Montréal et de l’Institut des arts appliqués. Gauvreau et l’École du meuble tentent de favoriser l’entrée de leur société dans la modernité en s’appuyant sur ce que la tradition a de meilleur, soit une connaissance des matériaux locaux, une habileté d’exécution assurée par la transmission exemplaire et une sensibilité au milieu de vie. C’est ce que Gauvreau démontre notamment dans son ouvrage Les intérieurs de demain (1929) où il affirme certaines idées qui influenceront les façons de voir et d’habiter un lieu. Il disait notamment ; « n’allons pas chercher nos inspirations chez nos voisins. Sachons faire appel, chaque fois que ce sera nécessaire, à ceux qui savent maintenir avec tant de distinction le souvenir d’un passé glorieux. Cette tradition est celle qui s’adapte davantage à notre état d’esprit » Voilà la signature de Jean-Marie Gauvreau.


-30-

Lien communiqué ICI

Source :Source CMAQ

Geneviève David, directrice des communications marketing

CONSEIL DES MÉTIERS D’ART DU QUÉBEC

Lignes médias : 514 861-2787 poste 224, ou portable : 418 997 2583

Courriel : genevieve.david@metiersdart.ca

Source : Source CMAQ


  Retour


Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique d'utilisation des cookies.